Vintage Game Collection

Le petit musée numérique de la culture vidéoludique

Gore

Alors que Quake 3 et Unreal Tournament dominent le monde des FPS dit "bourrins", avec des cartes aux thématiques des épisodes précédents, Gore va à contre-courant en proposant un mode solo avec les cartes du mode multi-joueurs. Du coup, on s'embarque sur une histoire qui tient sur une carte de visite mélangeant décors de saloon, base spatiale et manoir hanté. Le moteur graphique commence à dater pour l'époque, l'animation n'est pas toujours très fluide, l'IA des ennemis (ou même celle des alliés) date de la préhistoire et les musiques tournent vite en boucle ! Mais étant donné que Gore est un FPS bête et méchant, où on avance et on dégomme tout sans réfléchir, ça n'est pas plus gênant que ça. Étrangement, Gore qui n'a pas une réalisation de haut vol est donc assez efficace dans son gameplay. Son mode multi-joueurs n'a pas su attirer assez de joueurs mais était pourtant robuste ! Mais il faut reconnaître qu'en solitaire, ça devient quand même un peu ennuyeux au bout d'un moment. Alors le jeu n'est peut-être pas une aussi grosse déception que Daïkatana sorti 2 ans auparavant, mais même dans une moindre mesure, les faits sont là : Gore n'est pas resté dans les annales du jeu vidéo. [4/10].